Vous n'êtes pas vos émotions



... et vous allez savoir pourquoi !


N'avez-vous jamais éprouvé une émotion si intense que vous en ayez perdu le contact avec la réalité ? Avez-vous alors ressenti que cette émotion prenait le contrôle de votre esprit, voire de votre corps, générant ainsi un sentiment de malaise, d'instabilité et de vulnérabilité ? Je suppose que oui. Nous avons tous expérimenté ce genre d'émotion mais l'important n'est pas l'émotion mais plutôt de vous rappeler comment vous avez réagi à cette émotion ? Avez-vous laissé vos pensées vous submerger ou consciemment, vous êtes-vous accordé un une pause pour comprendre ce qu'il se passait en vous ?


Lorsque vous réalisez que le choix de votre réaction vous appartient, vous comprenez que c'est à la fois libérateur et incroyablement puissant. Choisir en conscience vous permet de reprendre votre pouvoir et de mettre à la porte les émotions inopportunes.


La chimie des émotions


Du point de vue scientifique, l'épigénétique* permet d'expliquer comment des traits peuvent être acquis, éventuellement d'une génération à l'autre, ou encore perdus après avoir été hérités. De récentes études ont mis en lumière que dans certains cas, notre comportement agit sur nos gènes. L'épigénétique impacte les neurones et leurs connexions synaptiques liés à la mémoire à long terme. Ces recherches révèlent également que le stress infantile produit une sensibilité au stress à l'âge adulte, éventuellement transmissible à plusieurs générations suivantes. Les travaux scientifiques dans ce domaine s'étendent à l'étude des personnes souffrant de stress post-traumatique, et mettent en exergue le rôle majeur des réactions biologiques générées par le stress associé aux émotions et aux pensées.


Il arrive que nous nous laissions submerger par les émotions, comme la peur. La peur peut mentalement paralyser. Certains sentent leurs forces disparaître, quand ils ne s'évanouissent pas eux-mêmes, et doivent lutter contre ses effets délétères. Pourtant, inconsciemment ils savent qu'il y a quelque chose à maitriser au-delà de la peur.


Nous pouvons donc nous interroger. "Si je ne suis pas la peur, qui suis-je et comment puis-je récupérer mon pouvoir pour vaincre la peur ?". Nous commençons à comprendre que ce qui importe n'est plus la "sensation de mes émotions" mais "comment vais-je consciemment décider de réagir à ces émotions". Dès lors, nous pouvons observer en conscience les émotions qui surgissent.


Lorsque l'anxiété se fait sentir, imaginez que cette émotion est une structure, ronde et noire qui se tient dans votre estomac ou dans la gorge, selon ce que votre corps vous indique. Soyez sans jugement, ainsi vous laissez de la place pour la réflexion et l'observation de ce que l'expérience vous fait éprouver.