Se libérer du jugement des Autres



Un chemin initiatique a toujours une dimension spirituelle. Il est fait d’obstacles et d’épreuves à surmonter avec son lot de découragement et ses larmes à essuyer. Dans cette vie, il nous faut réapprendre de vieilles leçons oubliées. Celles et ceux qui ont le courage de s’atteler à cette tâche sont appelés par leur âme à effectuer ce travail. Or, pour transmuter le plomb en noble métal, il faut passer par l’épreuve du feu.


Ce travail d’alchimiste n’est pas sans difficultés. Il demande de développer une grande foi, du courage, de la persévérance mais aussi de la ténacité voire de la pugnacité. Heureusement, d’Autres avant nous ont tracé leur propre route et nous ont fait la grâce de partager leurs expériences.


A notre tour, et au fur et à mesure de notre avancement sur le sentier, nous développons une maîtrise, un discernement, une foi en nous-mêmes et, pour les plus spirituels, la conviction inébranlable que les forces célestes éclairent nos pas et que d’invisibles compagnons mais néanmoins fidèles, nous procurent des « outils ». Ces aides se manifestent par des rencontres, des lectures, des films, ce que l’on appelle des « synchronicités* » … Elles sont aussi un savoir et une connaissance qui se transmettent, une compréhension spirituelle de ce qu’est notre raison d’être, ici et maintenant.


Il arrive que le chemin soit périlleux selon notre degré de résistance au changement et notre volonté de progresser. Il est certain que le chemin nous éloigne de notre zone de confort. Le cheminement se fait par étape et parfois, certains renoncent, abandonnent ou prennent un chemin de traverse. Ils ne sont pas à blâmer. Chacun agit selon son niveau de conscience. Plus tard, quand ils se sentiront plus forts, plus armés, ils reprendront la route. L’important est que la route soit dégagée et que tous puissent l’emprunter car tel est le destin de l’Âme.


Pour ceux d’entre nous qui iront jusqu’au bout, ils accèderont à une dimension spirituelle supérieure. La promesse n’exclut pas l’épreuve et il nous faut nous aguerrir et affronter les difficultés. C’est un combat contre l’ombre. Un combat contre notre meilleur ami ou notre pire ennemi, à savoir nous-même. La Nigredo** de Jung, ce processus de la confrontation avec son ombre constitue une étape obligée du processus d’individuation***.


Il serait vain de croire que nous pouvons totalement ignorer les opinions des Autres et ce qu’ils pensent de nous car leur regard influence la perception que nous avons de notre propre potentiel. Alors, pour vivre heureux, nous devons apprendre à nous détacher de leurs jugements et en adoucir les effets. Si ce