Comment chasser les idées noires en pensant aux Fêtes de Fin d'Année ?



Au secours !!! Noël approche ! Comment survivre aux Fêtes et conserver sa bonne humeur ?


Notre société, qui nous voudrait de sages et obéissants moutons, n'a pas réussi à nous faire avaler l'amère pilule que représente la Fête de Noël et son cortège d'obligations et de frustrations. Alors comment faire car fatalité, Noël revient tous les ans, fidèle au rendez-vous. Même motif. Même punition. Ceux d'entre nous qui ont été en quelque sorte anéantis par le choc d'un évènement douloureux connaissent cette sensation pénible à l'approche de Noël. Le chagrin suscité par le souvenir des êtres chers dont nous sommes séparés, le deuil, la maladie, n'inclinent pas à la fête. En tout cas, telle que nous avons coutume de l'envisager.


Cependant, personne nous oblige à céder aux sirènes d'une société de consommation qui nous poussent à l'extravagance. Il est inutile de se ruiner la santé et le portefeuille en foie gras, saumon, huitres, et alourdir son karma en massacrant des milliers de volailles pour satisfaire la vieille coutume de la "dinde de Noël" à moins bien sûr que nous ne préférions tenir le rôle du dindon de cette mauvaise farce ! Bon ... ceux qui me connaissent et savent que je suis végétarienne, diront : "oui mais moi j'aime la dinde" ! Ahaha... Pourtant il n'est pas nécessaire ni même recommandé de s'empiffrer et de voir nos enfants crouler sous des montagnes de cadeaux qui seront relégués aux oubliettes dans quelques semaines. A moins d'être Roi assis sur un trésor inépuisable. Si le porte-monnaie est vide, notre cœur est plus grand que la Banque de France. Offrons le meilleur de nous-même et soyons simples !


En revanche, nous pouvons tous partager quelques heures de légèreté, d'amour et de joie auprès de nos parents, enfants et amis pour autant que nous brisions nos habitudes de "faire comme tout le monde". Peu importe que nos moyens ne nous permettent pas cette croisière dont les photos publicitaires chavirent l'esprit. Peu importe et tant mieux de ne pouvoir couvrir nos enfants d'objets inutiles. Soyons raisonnables !


D'autre part, pourquoi répondons-nous "oui" quand nous pensons "non" ??? Apprenons à décliner les invitations qui ne nous emba